Qu’est-ce qu’un titre RNCP ?

tampon titre rncp

Le RNCP signifie littéralement le Répertoire national des Certifications Professionnelles. De nos jours, il gagne de plus en plus de l’importance dans le domaine de l’enseignement supérieur. Ce titre rassemble plusieurs milliers de certifications, titres et diplômes reconnus par l’État, depuis le CAP au doctorat. Il s’agit d’une sorte de catalogue pour toutes les formations à finalité professionnelle ou dispensées par l’éducation nationale.

Après le baccalauréat, il est parfois difficile de faire le choix entre les innombrables cursus qui existent. Pourtant, il est nécessaire de savoir si un diplôme est inscrit au Répertoire national de la certification professionnelle ou reconnu par l’État. Les titres RNCP permettent, en fait, de garantir le sérieux et la qualité d’un programme d’apprentissage. Découvrez dans ce guide plus d’explications en ce qui concerne ce sujet et quelle est la valeur d’un titre RNCP.

Les titres RNCP, c’est quoi ?

Les pays européens ont apporté des améliorations pour ce qui est de la nomenclature des diplômes afin de les reconnaître plus facilement. Par le biais du ministère du Travail, l’État français a créé en 2002 le répertoire national des Certifications Professionnelles ou RNCP. Il s’agit d’une base de données des titres, certificats et diplômes reconnus et de qualification professionnelle. Parmi ceux-ci, l’on peut citer :

  • Le diplôme professionnel : octroyé par le ministère de l’Éducation nationale, du travail, de l’industrie, de l’agriculture… suite à une formation,
  • La certification professionnelle ou désignation professionnelle : obtenue grâce à la qualification d’une personne en effectuant une tâche,
  • Le diplôme national : délivré pour certifier la réussite d’un test organisé et validé par l’État
  • Le diplôme d’État : dispensé par un ministère, résultant d’une formation dans un secteur spécifique.

Le RNCP répertorie donc toutes les formations, tous les certificats de qualification ainsi que tous les titres certifiés par la Commission nationale de la certification professionnelle. Cette dernière est placée sous l’autorité du ministère du Travail.

Définition d’un titre certifié

En quête d’une formation diplômante ou professionnelle ? Il vaut mieux comprendre au préalable ce que représentent réellement les niveaux et les certifications dans le cadre d’un cursus. Commençons par évoquer le titre certifié.

Comme indiqué par son appellation, le titre certifié de RNCP permet à son détenteur de certifier les aptitudes, les compétences et les savoirs requis à l’exercice d’une fonction dans un domaine professionnel.

Les titres inscrits au RNCP regroupent des diplômes et certificats dispensés via la formation initiale ou continue au sein des universités, des établissements d’enseignement privés ou publics, ou encore des Centres de formation d’apprentis. Ils s’obtiennent également par la voie de la validation des acquis de l’expérience (VAE), sans passer par un parcours d’études.

Dans le cadre de la loi « Avenir professionnel », l’article L.6113-1 du Code du Travail affirme que les certifications professionnelles sont catégorisées par domaine d’activité et niveau d’études. Elles sont formées de blocs de compétences permettant de réaliser une activité professionnelle de manière autonome.

Les titres RNCP définissent les compétences et les connaissances obtenues durant la formation, les niveaux d’études, les modalités d’accès, le secteur d’activité et les types de métiers réalisables en sortant d’un cursus. À noter qu’ils sont reconnus par l’État dans tout le territoire français.

Quelle est la différence entre diplôme et titre certifié ?

Bon nombre d’établissements ne cessent actuellement de mettre en avant les formations inscrites au RNCP. Il faut toutefois savoir différencier le diplôme et le titre certifié. Les diplômes permettent d’attester un degré de connaissance et un parcours de formation, comme le diplôme bac + 5 en géologie.

Les titres RNCP s’intéressent plutôt à la fonction, en certifiant la qualification et les aptitudes professionnelles, entre autres le titre d’ingénieur géologue. Ils offrent la possibilité d’avoir une valeur reconnue dans l’exercice d’un métier.

Les diplômes et les crédits ECTS rendent donc la reconnaissance académique des connaissances et des compétences obtenues durant les études plus facile. Quant au titre professionnel, il permet d’être reconnu dans un secteur d’activité.

Valider des acquis de compétences avec le RNCP

Comme évoqué précédemment, il est possible d’utiliser le Répertoire national des Certifications Professionnelles dans une démarche de validation des acquis de l’expérience (VAE). Ce concept offre l’opportunité aux personnes non diplômées, dotées d’une expérience professionnelle, d’acquérir une équivalence. Par contre, les titres RNCP ne permettent pas de valider un acquis d’expérience ou de compétences. Il s’agit juste d’une base de données de diplômes, de qualifications et de certificats ayant une finalité professionnelle.

À quoi servent les titres RNCP ?

Les titres RNCP présentent des fiches descriptives correspondant à chaque formation. Ils contiennent tous les détails des compétences acquises et des types de fonctions qui peuvent être exercés.

La consultation d’une fiche descriptive permet de vérifier si la certification et la qualification sont valides ou non pour répondre favorablement aux besoins lors de l’insertion professionnelle. Elle offre aussi la possibilité de connaître les organismes qui la proposent. Sachez que le ministère du Travail effectue régulièrement une mise à jour du répertoire.

Les titres certifiés constituent un bon moyen pour faciliter le tri des formations. Il est possible d’avoir rapidement une idée sur les caractéristiques d’un quelconque cursus, sa qualité et surtout sa reconnaissance. Ce critère de choix est important pour les étudiants qui souhaitent trouver une formation.

Ce sera très difficile pour un diplômé d’un enseignement supérieur non certifié d’entrer dans le cadre de travail ou de poursuivre des études dans les grandes écoles. En bref, la reconnaissance par l’État des certifications professionnelles atteste la qualité des formations et le fait que celles-ci sont adaptées aux attentes des professionnels dans le secteur.

Quels sont les niveaux RNCP ?

Les niveaux de certification des formations sont enregistrés depuis le niveau VI ou le niveau 6, qui est le plus faible, au niveau I ou niveau 1, qui est le plus élevé. En fait, le niveau VI correspond au brevet des collèges. Le niveau I possède, par ailleurs, une équivalence des diplômes de niveau bac+5 minimum.

Depuis le 8 janvier 2019, ces niveaux de certification sont ajustés à la nomenclature européenne pour les adapter à la reconnaissance des compétences professionnelles dans tous les pays de l’Europe. Ce tableau montre alors les équivalences entre les diplômes et les niveaux de titres certifiés.

Parcours d’études après le bacÉquivalence du diplôme et du grade d’une grande écoleAncien classementNomenclature européenne
Bac+8DoctoratNiveau INiveau 8
Bac+5Master, MBA (Master in Business School)Niveau INiveau 7
Bac+3Licence, licence professionnelle, maîtrise ou BachelorNiveau IINiveau 6
Bac+2BTS (Brevet Technicien Supérieur), DUT ou fin d’un premier cycle d’enseignement supérieurNiveau IIINiveau 5
BacBrevet professionnel, brevet de technicien, Baccalauréat général, technologique ou professionnel, TP (titre professionnel)Niveau IVNiveau 4
Avant le bacCAP, BEP, CFPA (certificats de formation professionnelle des adultes), MCNiveau VNiveau 3
Avant le lycéeDiplôme national du brevet, certificat de formation généraleNiveau VI 

Les Titres professionnels (TP) dispensés par le ministère du Travail, les Certificats de qualification professionnelle (CQP) des branches professionnelles, les Certificats de spécialisation (CS) du ministère de l’Agriculture, ainsi que les Mentions complémentaires (MC) du ministère de l’Éducation nationale s’inscrivent également dans le RNCP. D’ailleurs, tous les autres secteurs comme le commerce, le BTP, l’environnement, la mécanique, l’hôtellerie, le tourisme, la santé, etc. en disposent aussi. Ces types de certification permettent d’obtenir un certificat de spécialisation supplémentaire.

À noter que certaines formations non diplômantes ne sont pas reconnues, telles que les séances de coaching professionnel ou encore les cours de remise à niveau de langue. Seuls les cursus reconnus par l’État subissent un enregistrement au répertoire. Un titre inscrit au RNCP garantira les aptitudes, les connaissances et les compétences professionnelles requises dans un domaine d’activité spécifique.

Que vaut un titre RNCP ?

Depuis sa mise en vigueur en 2002, les titres certifiés par l’État connaissent de plus en plus de succès. L’organisme certificateur traite chaque année une palette de demandes d’enregistrement. C’est logique !

Les titres RNCP sont comme un gage de qualité des formations pour les étudiants. Ils apportent une aide précieuse pour mieux connaître les compétences indispensables à l’exercice d’un métier ou d’une activité professionnelle. Il convient donc aux Écoles et aux universités, qu’elles soient privées ou publiques, de proposer un diplôme certifié par l’État.

Dans le marché de l’emploi, la plupart des entreprises prennent également en compte cette reconnaissance. Les étudiants qui ont suivi un cursus non certifié pourront rencontrer plus de difficultés que les autres au recrutement. Ils ont intérêt à vérifier le registre des titres RNCP avant de se lancer dans une quelconque formation à finalité professionnelle. En plus, c’est une opportunité pour les écoles ou les universités de nouer des partenariats solides avec les entreprises.

Comment enregistrer le titre RNCP ?

La certification d’un titre RNCP passe par plusieurs étapes et doit respecter les critères décrits dans le décret n° 2018-1172 sorti le 18 décembre 2018. Toutes les procédures se réalisent exclusivement en ligne.

Il faut commencer par créer un compte sur le site de France compétences et procéder par la suite au dépôt des documents prouvant l’existence légale de la structure concernée. Une fois inscrits, les organismes de formations doivent remplir tous les renseignements requis concernant la certification, l’activité, l’évaluation et les compétences.

Pour être reconnus dans l’ensemble du territoire français, les titres sont délivrés par le ministère du Travail, sous la tutelle du ministre chargé de la formation professionnelle. La certification d’une formation restera valide durant 5 ans renouvelables.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts